Référencement écologique :
mythe ou réalité ?


Pile

Être visibles sur le Web, tel est le souhait de nos clients. Dans ce domaine concurrentiel qu’est la création de site, nous manquons de temps. Nous devons créer des sites de qualités et optimisés qui feront la renommée de nos clients. Face aux contraintes temporelles et techniques exigées, le facteur écologique passe au second plan. Et s’il était possible d’allier l’optimisation des ressources et l’écologie pour un meilleur référencement ? C’est ce que nous allons découvrir au fil de cet article en traitant les points suivants :
La consommation énergétique du Web et l’intérêt de Google pour l’écologie.

Il s’avère que cette problématique énergétique tiens également un rôle central dans la trilogie Matrix.
Êtes-vous prêt à suivre le lapin blanc ?

Le Web en surpoids ?

Virtualité, dématérialisation, le Web a tout l’air d’être l’alternative parfaite aux problèmes environnementaux liés à l’utilisation du papier. Mais comme dit le proverbe, on soigne le mal par le mal. A contrario du papier, l’entité qu’est Internet nécessite une continuelle et massive utilisation de l’électricité. Il ne faut pas oublier que derrière l’aspect mystique du Web se trouvent des quantités de machines ayant pour but son maintient.

Pour générer l’électricité et alimenter Internet, nous nous servons des énergies fossiles ou nucléaires. Or l’utilisation de ces énergies entraîne une émission de CO2 nommée empreinte carbone.

Agent Smith

Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains vous êtes différents.

–Agent Smith

Une autre source d’émission relative au Web est le rafraîchissement des serveurs. Les serveurs informatiques possédés par les grands noms de l’Internet sont de gourmands consommateurs d’électricité. Leurs consommations électriques provoquent de grandes quantités de chaleurs. Dès lors l’utilisation de climatisation est nécessaire pour refroidir les serveurs et éviter les surchauffes. Évidemment l’air climatisé dépend de l’emploi des énergies fossiles ou nucléaires, engendrant encore du CO2. A titre d’exemple, Google et Facebook sont de très gros producteurs de CO2. Stockant une somme incalculable d’informations, ils ont besoin de disposer de nombreux serveurs.

Quelques chiffres :

  • 1,5 milliard de personnes en ligne dans le monde entier
  • l’empreinte énergétique du net est en croissance de plus de 10% chaque année.
  • Internet pèserait près de 830 millions de tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent des émissions totales de CO2 par les ménages français en 2014 !

Des liens insoupçonnés

Ces données démontrent une relation de cause à effet entre le Web et l’écologie. Les activités issus de l’écologie et de l’optimisation Web ne sont pas si éloignées. L’exercice du référencement et de l’écologie nécessitent des connaissances de leurs environnements respectifs. A l’image d’un écolo, le référenceur va également mettre en place une stratégie dont l’objectif est l’optimisation de son environnement afin de réduire l’énergie utilisée. Dans les deux cas, un investissement sur le long terme est obligatoire si l’on souhaite obtenir des résultats visibles. L’efficacité et l’impact de leurs actions se jugent aux résultats chiffrés qu’ils obtiennent.

Le Mérovingien

Une seule et unique vérité absolue, la causalité. Action ? – réaction. Cause ? – effet.

–Le mérovingien

Vous voyez où je veux en venir ? Si écologie et référencement se ressemblent tellement, pourquoi ne pas pratiquer un référencement « nature » ? Un intérêt certain pour vous à suivre cette tendance est l’implication grandissante de Google pour le développement durable.

Google, architecte d’un monde vert

Depuis quelques années, Google travaille avec acharnement à proposer des alternatives énergétiques respectant l’environnement. La pression provoquée par Greenpeace joue sûrement un rôle important dans ce changement de comportement. Investissement dans les énergies renouvelables (Installation de panneaux voltaïques, éoliennes), mise en place de data center écologiques, lutte contre la déforestation… la liste est longue. Et le résultat est là d’après le classement remis par Greenpeace.

L’implication écologique de Google ne semble pas se limiter uniquement à des actions de la société. En tant que leader des moteurs de recherche, celui-ci doit montrer l’exemple pour conserver sa crédibilité. Depuis plusieurs années, il s’efforce de proposer des solutions Web s’inscrivant dans cette démarche.

A titre d’exemple, Google utilise le Flat Design et plus récemment le Material Design pour réduire le poids de ses interfaces, notamment sur les smartphones, en privilégiant les aplats de couleurs aux lourds effets de dégradé. Autre exemple, la création du format d’image compressé WebP qui procurait 30% à 80% de réduction d’espace face au traditionnels JPEG et PNG. Ou encore le lancement de son propre navigateur Web, Chrome, reconnu pour sa rapidité, son respect des standards du Web et sa simplicité. Toutes ces actions permettent de naviguer sur le Web en consommant moins d’électricité et de bande passante. Une économie de poids au niveau mondial.

Google, l'architecte

L’algorithme de référencement est une harmonie de précision mathématique. Un site mal optimisé est une équation déséquilibrée, un bug de la matrice.

–Google, l’architecte

Même si la firme s’efforce d’inventer des procédés qui réduisent la consommation énergétique, le plus gros du travail reste au niveau de l’optimisation de nos sites. Là encore, Google nous propose un outil intéressant : Google Page Speed. En toute simplicité vous pouvez analyser prodigieusement un site. Grâce à ce service, on obtient une meilleure optimisation du site, entraînant des temps de chargement plus courts et donc une réduction de la consommation énergétique. Une relation vertueuse en soit. Même si Google n’a pas fait d’annonce officielle, ces dernières actions laissent logiquement à penser que les performances énergétiques d’un site est un facteur-clé pour l’amélioration de son référencement. Le reste ne dépend que de vous.

Le Néo-référencement

Afin de faire perdurer cette volonté, c’est à nous, professionnels du Web, de prendre le relais et de changer nos habitudes de travail. Soyons des élus, des précurseurs à une nouvelle tendance. Pour mener à bien cette action, nous vous donnons 5 pistes à exploiter :

Neo

Je leur ferai voir un monde où tout est possible.

–Neo

1. Choisir les bons outils avant de programmer

Étudier préalablement à la structure du site. Trouver le bon compromis entre le design, le référencement et les besoins du client.
Par exemple, utiliser WordPress pour les aspects blog, actualité et PrestaShop pour le e-commerce. Ne pas oublier de mettre à jour les bibliothèques de script. BABA d’une agence Web mais on peut toujours aller plus loin notamment en choisissant des templates dont le code est déjà bien optimisé.

2. Produire du code léger

Réduire le poids des fichiers CSS et JavaScript avec Minify. Il s’agit d’un projet open source qui permet de combiner plusieurs fichiers JS et/ou CSS en un seul, réduisant ainsi le nombre de requête HTTP. De plus, il supprime les caractères non pertinents tels que les espaces, les sauts de lignes, commentaires. On obtient à la fin de l’opération un code beaucoup plus léger.

Compressez les données avec Gzip dans htaccess. Après son installation, le serveur compresse les données et le navigateur les décompresse avant de les interpréter. Cela réduit le temps de transmission des données et permet un gain de temps considérable.

Mise en cache du navigateur toujours dans htaccess, les sites consultés restent en mémoire, réduisant ainsi leurs délais de chargement pour les prochaines consultations. Pourquoi s’en priver ?

3. Utiliser les ressources du CMS

WordPress propose un certain nombre de plugins qui permettront d’optimiser automatiquement votre site Internet.
Parmi ceux que nous estimons incontournables, on trouve Super Cache et DB Cache Reloaded qui transforment le PHP en HTML afin de réduire le temps de calcul du serveur.

Côté plugin de compression de code, on a AssetsMinify, identique à Minify et WP-HTML-Compression qui permettent d’alléger grandement le poids des fichiers pages.

4. Choisir un hébergeur optimal

Les possibilités d’optimisation de votre site vont grandement reposer sur l’hébergeur. Faire son choix parmi la multitude d’offres d’hébergements n’est pas aisé. Dans cette optique, nous avons dressé un tableau comprenant plusieurs hébergeurs reconnus ainsi que les critères que nous estimons prioritaires tels que pour cette étape de sélection. Ce tableau ne concerne que les offres d’hébergement mutualisé à moins de 10 euros par an.

[Tableau comparatif des hébergeurs]

Choisir le bon hébergeur dépend également de l’importance de votre projet. Ayant auparavant testé et désapprouvé 1and1 du à son manque de souplesse, nous vous recommandons 02Switch pour les sites de petites et moyennes tailles. En revanche si votre client souhaite un site plus conséquent, nous vous suggérons d’utiliser des serveurs dédiés qui s’adapteront à vos exigences.

5. Analyser son site

GTmetrix est un outil analytique des plus pertinents du moment. Il va analyser les performances d’optimisation, sa vitesse de chargement et les noter de façon similaire aux classes énergétiques (A, B, C…) La force de GTmetrix repose sur son utilisation facile et sa pertinence.

GTmetrix

Morpheus

Je ne peux que te montrer la porte. C’est à toi qu’il appartient de la franchir. Tu prends la pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu te réveilles dans ton lit, et tu crois ce que tu veux. Tu prends la pilule rouge, tu restes au Pays des Merveilles, tu optimises ton site et tu te positionnes en tant que leader.

–Morpheus


Frédéric Schutziger – Fondateur de l’agence Émerveille
N’hésitez pas à me consulter pour votre projet de création de site Internet sur mesure > Contactez-moi


Share on Google+0Share on Facebook0Tweet about this on Twitter
THÉMATIQUES
  • CRÉATION SITE WEB
  • COMMUNICATION
  • MARKETING
  • DESIGN

    PARTAGER

    Share on Google+0Share on Facebook0Tweet about this on Twitter
Aucun commentaire pour l'instant !